Biographie

Amélie Veille a commencé sa carrière à l’aube de sa vingtaine, dans le circuit des concours où elle a fait sa marque. Prix Création à Cégeps en Spectacle (2000), premier prix au Tremplin de Dégelis (2001), à L’International de l’Art Vocal de Trois-Rivières (2001) et au Festival de Saint-Ambroise (2002), finaliste à Ma première Place des Arts (2002), elle a ainsi appris les bases de son métier et consolidé son désir de vivre de sa musique.

ameliev/ameliemorebright.jpgEn 2003, elle lançait un premier album éponyme (Disques Passeport), réalisé par Marc Pérusse et salué par la critique, lequel lui valut une nomination au gala de l’ADISQ dans la catégorie « album folk contemporain  ». La jeune artiste s’est entourée de musiciens et du metteur en scène François Léveillée pour monter son premier spectacle et transporter ses chansons dans les salles du Québec, de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick. Elle fut également invitée à plusieurs reprises à donner des concerts en France et en Suisse, où elle assura notamment les premières parties des concerts de Daniel Lavoie, Graeme Allwright et Maxime Leforestier.

En 2006, elle livrait Un moment ma folie, un album aux accents folk, pop et rock réalisé par Toyo. Entre 2006 et 2008, le spectacle amena Amélie à rencontrer le public aux quatre coins du Québec, en France, en Suisse, aux États-Unis et au Paraguay. Sa participation aux Francofolies de Montréal de 2006 lui valut une nomination pour le prestigieux prix Félix-Leclerc. On l’invita par ailleurs au Panthéon des auteurs-compositeurs à Toronto où elle interpréta une pièce en hommage à la grande interprète Lucille Dumont. En 2007, Amélie Veille réalisait un de ses rêves en assurant les premières parties des spectacles de Julien Clerc.

Entre 2005 et 2011, le projet collectif « Toutes Les Filles » permit à Amélie de peaufiner ses aptitudes en improvisation musicale, d’élargir ses horizons créatifs, de nouer de précieuses amitiés et de monter une cinquantaine de fois sur les planches. En 2009, elle coréalisait le premier album de « Toutes Les Filles » (La Tribu) avec ses comparses Catherine Durand, Sylvie Paquette, Gaële, Mélanie Auclair, Ginette et Marie-Annick Lépine.

Au printemps 2010, Maxime Landry lui demandait de se joindre à son équipe à titre de guitariste et de choriste. Amélie Veille saisit cette opportunité, affina son talent de musicienne et participa à l’immense succès des deux tournées de Maxime (Vox Pop, L’avenir entre nous) en donnant plus de deux cents spectacles dans tous les festivals et salles de concerts du Québec. Cette expérience lui permit d’élargir son réseau et de se diversifier professionnellement tout en demeurant sur scène, tandis qu’elle travaillait à l’écriture de chansons et à la préparation de son propre spectacle.

En 2011, Amélie Veille créait « Les Veillées d’Amélie », un cabaret d’auteurs de chansons unique à Montréal, présenté une fois par mois au profit de la Fondation pour l’Alphabétisation. Lors de ces soirées, des auteurs de chansons sont invités, dans un cadre intime propice à la confidence, à chanter et à raconter l’histoire de leurs chansons. Lynda Lemay, Stephen Faulkner, Gilles Valiquette, France d’Amour, Marc Déry, Paul Piché et Claude Lemesle (Dassin, Fugain, Reggiani, Dalida) ont notamment fait partie de ses invités. Les Veillées d’Amélie, inspirantes pour les artistes comme pour le public, ont donné naissance à de nouvelles amitiés et à de fructueuses collaborations.

En juin 2012, Amélie Veille lançait son troisième album, Mon cœur pour te garder (Disques Artic). Ce disque lumineux et bien ficelé, réalisé par Éric Goulet (Yann Perreau, Vincent Vallières), se veut une ode à l’amour, à l’amitié, au désir, à la vulnérabilité des êtres et à l’espoir de vivre La pièce titre se hissa rapidement au sommet des palmarès francophones pour y demeurer plus de 50 semaines consécutives, succès lui valant une nomination au gala de l’ADISQ 2013 dans la catégorie Chanson populaire de l’année.

Amélie réalisa une série de concerts au Québec et en France, assurant notamment les premières parties de Julien Clerc lors de son passage symphonique à Montréal, de Thomas Fersen et de Garou lors de sa grande rentrée au Casino de Paris.  Ceci lui vallut d'être remarquée par Fabien Lecoeuvre, qui l'invita sur le plateau de son émission de télévision française "Boulevard des Planches".

Développant sa carrière en France, Amélie bâtit des amitiés et de fructueuses collaborations artistiques avec des créateurs qu'elle admire: Boris Bergman (Bashung), François Bernheim (Renaud, Kaas), Claude Lemesle ( Dassin, Bécaud, Reggiani) et Michel Fugain. Avec eux, elle peaufine ses chansons et en crée de nouvelles, qui sont la matière première de son quatrième album, Les moments parfaits, paru en 2016 et réalisé par Antoine Gratton.  On retrouve sur cet album deux duos étonnants: "Comment s'habillent les filles" avec Andréanne A. Malette et "Ton côté du lit" ( reprise de Joe Dassin) avec Maxime Landry.  

En 2019-2020, aux côtés de Maxime Landry, Michaël et Vanessa Duchel, Amélie fait partie de la disctibution de la revue musicale Francostalgie, un spectacle à grand déploiement rendant hommage aux plus belles pièces de la variété française et québécoise de la période 1965-1995.  Cette tournée du Québec lui permet, pour son plus grand plaisir, d'interpréter, France Gall, Véronique Sanson, Barbara et Mylène farmer, pour ne nommer que celles-ci. 

Après une pause musicale de quelques saisons, elle lancait en mai 2021 Respire, au sortir d'une année en confinement, puis en octobre la chanson Trois petits tours, second extrait de son cinquième album à paraître en 2022. 


Plan du site